google-site-verification: google4fbd2cc782d0563d.html
2 août 2018  

Seulement trois jours après le point sur l'approche de la situation révolutionnaire en France à partir de la prophétie rapportée à l'abbé Curique (voir page de ce site "30 juillet 2018") et le retour du trafic SncF à la normalité se poursuivant, l'incendie du transformateur d'issy les Moulineaux est à ranger au rang des signes d'alerte, un de plus.

Marie Julie Jahenny :     Les révolutions sont comme les éruptions volcaniques, elles sont précédées de signes d'alerte.

J'avais d'ailleurs observé que la nature de malveillance de l'incendie faisait partie des possibilités mais rien de plus, dans un contexte d'ébranlement du pouvoir en France. Un signe d'alerte beaucoup plus importants avait eu lieu en 2007:

Des millions de Français à la merci d’un seul incendie localisé à Paris Replaçons l’événement dans sa juste proportion. Un incendie dans un poste d’alimentation électrique prive plus de 15.000 foyers de banlieue d’électricité pendant plusieurs jours, et surtout torpille le fonctionnement de la gare Montparnasse un jour de grand départ. Ce sont des centaines de milliers de voyageurs qui ne peuvent pas partir. Ce sont des pans entiers de l’économie française qui souffrent une fois de plus. Au passage, on notera qu’il s’agit du énième incident électrique de l’année à Montparnasse. Alors de deux choses l’une: soit cette gare est maudite, soit cette gare fait l’objet d’un discret mais efficace activisme destiné à la torpiller. On relira page 115 de «L’insurrection qui vient » cette phrase qui doit faire réfléchir: "Tout bloquer, voilà désormais le premier réflexe de tout ce qui se dresse contre l’ordre présent. Dans une économie délocalisée, où les entreprises fonctionnent à flux tendu, où la valeur dérive de la connexion au réseau, où les autoroutes sont des maillons de la chaîne de production dématérialisée qui va de sous-traitant en sous-traitant et de là à l’usine de montage, bloquer la production, c’est aussi bien bloquer la circulation".Bref, la gare Montparnasse, paralysée plusieurs fois cette année (soit par les grèves, soit par des incidents techniques) est dépendante, pour son alimentation électrique, d’un seul poste, commun à l’alimentation de la banlieue sud-est. Il suffit que le poste brûle pour que la gare soit paralysée.(source atlantico.fr/article -eric-verhaeghe-3467471) Montparnasse c'est à Paris.

La direction de la SNCF a annoncé, ce 21/11/2007, qu’une action coordonnée de sabotage destinée à contrer la reprise observée des trafics avait eu lieu sur des lignes à grande vitesse (LGV) . Sur la LGV Est, un incendie volontaire de câbles au kilomètre 28 empêche la circulation normale des trains. Même dégradation sur la LGV Atlantique, où un incendie important a endommagé sur 30 km le réseau de signalisation. Aucun train ne peut donc circuler sur cette ligne. Sur les LGV Nord et Sud-Est, la fermeture volontaire de commutateurs de signalisation crée des incidents de signalisation, tandis que d’autres incendies ponctuels de câbles ont été signalés. Le secrétaire d’Etat aux Transports a dénoncé ces exactions graves et a qualifié d’inadmissible le caractère coordonné de ces actes. Le secrétaire général de la CGT-cheminots a qualifié d’actes inqualifiables commis par des lâches ces exactions. Le secrétaire fédéral de Sud rail , a démenti toute implication dans ces actes, affirmant que les questions de sécurité, les cheminots ne jouent pas avec ça. (source.agoravox.fr/actualites/ article /31959)

On était dans une période de grève qui était sur sa fin.

Une première grève massive de 24 heures a lieu le 18 octobre 2007 dans les transports publics, puis, des grèves illimitées et reconductibles toutes les 24 heures sont déclenchées à l'appel d'une majorité de syndicats à la SNCF et à la RATP à partir du 13 novembre 2007. L'ouverture de négociations tripartites à la SNCF et à la RATP le 21 novembre de même que l'impopularité du mouvement et la fermeté du gouvernement conduisent peu à peu les principaux syndicats, hormis SUD-Rail, à appeler à la reprise du travail. La CGT d s'y résout également. Ainsi, le 23 novembre, le trafic reprend à la SNCF et à la RATP. (source fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu04814/greves-contre-la-reforme-des-regimes-speciaux-de-retraite-en-2007.html)











© 2018