google-site-verification: google4fbd2cc782d0563d.html
Fatima 3ème secret  

Cette page est à comprendre en s'aidant des photos de la page de ce site sur les croix du Condor.

Les trois enfants de Fatima ont vu un évêque vêtu de blanc, avec le pressentiment que c'était le Saint Père.

Au soir de son élection le pape François s'est présenté ainsi au peuple de Rome : « Mes frères cardinaux ont été chercher l'évêque de Rome au bout du monde. »

Ils ont vu avec lui divers autres évêques, prêtres, religieux religieuses, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes, monter sur une montagne escarpée au sommet de laquelle il y avait une grande croix en troncs bruts, comme s'ils étaient en chêne-liège avec leur écorce.

Il y a deux croix du condor sur l'Altiplano au Pérou. Elles ne semblent pas grandes sauf si on considère que l'une parait un peu plus haute. De plus celle-ci est tout au sommet de la montagne même si la plus petite n'en est pas loin. Elles semblent toutes les deux en troncs bruts. La plus haute, bien que ce ne soit pas très net sur les photos, semble avoir encore de l'écorce. Il y a des chênes-liège dans la région.

Avant d'y arriver le Saint Père traversa une grande ville à moitié en ruine.

Il semble s'agir de Chivay la plus grande ville de son district . Avec ses 7 688 habitants (source annuaire-mairie.fr/ville-chivay septembre 2017) Elle devait paraître comme une grande ville pour les enfants d'un petit hameau du Portugal en 1917. Chivay chef-lieu du district de Chivay est à 40 km du mirador aux condors.Les ruines de la moitié de la ville pourraient être dues à un séisme analogue, sinon plus puissant, à celui qui frappa cette région mi août 2016.

Au moins neuf personnes sont mortes dans un séisme de magnitude 5,2 qui a frappé dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 août 2016 , l'épicentre était situé à dix kilomètres de Chivay.(source lemonde.fr/15/08/2016)

A demi tremblant, d'un pas de souffrance et de peine, il priait pour les âmes des cadavres sur son chemin.

Les morts pourraient être dus à un nouveau séisme ou à une guerre civile au retour du sentier lumineux.

La traversée de Chivay encore à une quarantaine de kilomètres des croix du condor pourrait correspondre à une marche d'otages entraînés par une troupe de guérilleros, le sentier lumineux avait l'habitude de pratiquer de longues marches pouvant durer plusieurs jours à l'image de celles des khmers rouges.

A genoux au pied de la grande croix, il fut tué par un groupe de soldats tirant plusieurs coups, avec une arme à feu et des flèches, et, de la même manière moururent les uns après les autres ceux qui l'accompagnaient.

On trouve un exemple d'utilisation d'armes à feu et de flèches dans l'histoire passée du sentier lumineux.

En août 1993, un groupe de 150 à 300 hommes, colons andins et indigènes Asha, ont attaqué huit communautés de la vallée de Tsiriari. Ce massacre a été l'un des plus féroces enregistrés pendant le conflit armé interne péruvien. Un survivant qui avait huit ans alors raconte: Les hommes armés, ni ivres ni drogués ont demandé une réunion de toute la communauté, les ont accusés d'être pilleurs avec l'armée, ont commencé à tuer, mutiler personnes âgées, femmes et enfants. Il y avait des Ashaninka à Cushma, avec des arcs et des flèches. Le chef avait un revolver à tambour. ( source idehpucp. Pucp . Edu . pe/ opinion)

© 2018